Essai Phosphore

Le contexte de l'essai :

Le phosphore présente plusieurs rôles quant au développement de la plante tel que la stimulation de la croissance racinaire (croissance plus précoce), il améliore aussi la réponse à l’azote et joue un rôle dans la photosynthèse.

Lors de carences en phosphore, différents symptômes apparaissent, comme une croissance ralentie ou encore des plantes chétives.

Les sols du Lauraguais étant moyennement pourvus en phosphore, il a semblé judicieux de réaliser un essai sur l’optimisation de la fertilisation phosphatée.

Il faut rappeler que les pratiques agricoles actuelles font bien souvent l’impasse sur la fertilisation phosphatée, alors que certaines cultures sont très demandeuses en phosphore.

Objectif de l’essai :

Il s’agit d’évaluer l’efficacité des différentes stratégies de fertilisation phosphatée, en fonction de la biodisponibilité du phosphore. Pour cela on se positionne sur des sols peu pourvus en phosphore (Teneur P2O5 < 20 gr/kg de terre en JH).

Le protocole expérimental :

 Afin d’évaluer les produits susceptibles d’améliorer la biodisponibilité du phosphore nous allons travailler sur 2 sites avec 2 variétés de blé et 2 exigences phophore :

- SOLEHIO – Lycée Agricole Auzeville (31) - Peu exigeante

- BOLOGNA – Marignac (82) - Moyennement Exigeante

Nous comparons 7 types de stratégies avec 5 produits pour optimiser les apports et limiter les pollutions par phosphore par eutrophisation des retenues d'eau. La référence de l’essai sera le SUPER 45.

Les modalités :

 Modalit

Le dispositif expérimental :

Plan phosphore

Remarque : Les 7 stratégies (TNT -> Témoin non traité exclu) sont réparties aléatoirement sur 2 blocs.

Présentation des résultats :

Pour les 2 essais, il y a eu récolte des micro-parcelles avec analyse des échantillons sur le rendement, et sur la qualité avec le poids spécifique, les protéines et le W.

- Analyse des rendements :

Ecart de rendement entre le Témoin et les modalités traitées

 Rendement

Pour la variété Solehio le rendement Témoin est de 89,06 qx/ha et pour le Bologna 68,05 qx/ha. Dans les 2 essais, l’effet des traitements phosphore est non significatif avec les témoins. Ainsi, pour cette année sur ces 2 types de sol, pauvre en phosphore, avec des variétés peu exigeantes, on obverse aucun effet positif sur le rendement avec les produits expérimentés.

- Analyse de la qualité

Nous retiendrons les protéines, le poids spécifique et le W.

      - Ecart de teneur en protéine entre le Témoin et les modalités traitées

Proteine

 

Pour la variété Solehio, la teneur moyenne en protéine dans le Témoin est de 11,5 et pour le Bologna 13,68. On observe peu d’effet des produits sur l’impact de la teneur en protéine. Sur la variété Bologna, l’effet produit est non significatif, voir nul. Sur le Solehio, l’effet sur la teneur en protéine est plus marqué mais toujours pas significatif. Pour cette année sur ces essais, aucun effet des produits sur le taux de protéine.            

      - Ecart du poids spécifique entre le Témoin et les modalités traitées

Poid

Pour la varité Solehio le poids spécifique moyen dans le Témoin est de 73,03 et pour le Bologna de 77,18. On observe peu d’effet des produits sur l’impact sur le poids spécifique. Les effets sont non significatifs, ainsi, pour cette année sur ces essais, il y a eu aucun effet des produits sur le poids spécifique.

      - Ecart du W entre le Témoin et les modalités traitées

W

 

Pour la varité Solehio le W moyen dans le Témoin est de 221 et pour le Bologna de 320. Les effets sont non significatifs, ainsi, pour cette année sur ces essais, il n’y a eu aucun effet des produits sur le W.

 

Synthese générale de l'essai :

Pour cette année, dans les 2 essais suivis sur des parcelles pauvres en phosphore, nous n’avons pas observé de gain positif et significatif sur le rendement et ou sur la qualité des blés avec les produits testés. On peut noter que même la référence Super 45 n’apporte pas, il faut repondérer cet essai sur l’exigence des cultures en phosphore qui sont faible pour le Solehio à Moyen pour le Bologna.

Aux vues des résultats, on peut se poser la question de l’exigence en phosphore pour le blé améliorant et son impact sur la qualité à la récolte.

Des essais complémentaires sur Blé dur pourraient être apporter pour évaluer le comportement variétal. On peut donc conclure que le peu de phosphore disponible dans le sol à permis de maintenir les rendements et la qualité à la récolte, ou dans d’autres termes, la céréale à eu la capacité d’extraite le phophore nécessaire à sa croissance sans apport extérieur.

Date de dernière mise à jour : 04/02/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site