L'agroécologie

Qu'est ce que l'agroécologie ?

Le concept d'agroécologie a été médiatisé lors du sommet de la terre à Rio en 1992. L'agriculture jusque là intensive et productiviste a dû changer peu à peu d'orientations afin de prendre en compte les problématiques environnementales et la production d'aliments plus sains et de meilleure qualité, dans le cadre général du développement durable. C'est dans ce contexte que la notion d'agroécologie a vu peu à peu le jour en France. Le développement d'une agriculture plus respectueuse de l'environnement devenait necessaire à cause des dégâts provoqués par l'agriculture conventionnelle (pollution de l'eau par les pesticides, taux élevés de nitrate dans l'eau et problèmes d'érosion des sols agricoles). 

Le concept de l’agroécologie repose sur le recentrage des préoccupations environnementales, économiques et sociales au coeur de l'expoitation agricole. Cette dernière est considérée comme une unité de base, au centre d'un agrosystème et basé sur le bien-être des espèces animales (élevages) et végétales (systèmes céréaliers).

Il faut bien comprendre qu'il existe aujourd'hui plusieurs visions de ce qu'est l'agroécologie.

Pour avoir une approche institutionnelle du concept et de sa mise en oeuvre, la lecture de la note publiée par le Ministère de l'agriculture est utile. En voici un extrait : « Le terme « agroécologie » est de plus en plus présent dans les publications scientifiques et de plus en plus largement utilisé pour désigner un nouveau modèle agricole, qui concilierait les enjeux économiques et environnementaux de l’agriculture. Les définitions qui y sont associées sont néanmoins très variées, ce qui peut engendrer une certaine confusion à la fois pour les professionnels du secteur, les chercheurs et le grand public. Cette note vise à préciser l’origine de ce concept, ses fondements scientifiques et techniques, ainsi que les défis qu’il représente. Nous montrerons que l’agroécologie renvoie à la fois à une discipline scientifique, à un ensemble de pratiques agricoles et à un mouvement social, et que sa mise en oeuvre nécessite un changement d’échelle voire de paradigme. »

 

Pour aller vite, nous pouvons distinguer deux visions de l'agro-écologie.

La première vision est celle développée par les agronomes René Dumont, Pierre Rhabi, Marc Dufumier et Dominique Soltner qui sont les pionniers et les impulseurs du mouvement agroécologique en France depuis les années 70. Ces personnages quelques peu emblématiques pensent que la mise en pratique de l'agroécologie ne doit pas se résumer à une technique, mais doit également envisager l'ensemble du milieu dans lequel elle s'inscrit avec une véritable écologie. L'agroécologie doit s'inscrire véritablement dans le prolongement de l'agriculture biologique. La finalité étant de rendre le système agricole le plus autonome possible tout en l'ajustant aux réalités économiques.
Dans la pratique cela se caractérise par une meilleure gestion en eau du milieu (utilisation de variétés peu dépendantes et adaptées au milieu), la lutte contre l'érosion, le reboisement (mise en place de haies), la conservation et le développement de la faune et flore auxiliaires des cultures pour permettre au milieu de s'autoréguler lui-même (se défendre contre les maladies, ravageurs et adventices), l'apport de matière organique pour permettre au sol de se régénérer.

La seconde vision, plus techniciste, est celle entretenue par le ministère de l'agriculture et certains instituts techniques de recherche agricole qui pensent que le principe de l'agroécologie se caractérise par la mise en place de moyens de luttes biologiques, techniques et chimiques équilibrés pour prendre en compte la protection de l'environnement, ainsi que les exigences économiques (rentabilité) et sociales. L'agroécologie fait appel aux méthodes de lutte intégrée, méthodes de protection des cultures tenant compte d'un seuil de nuisibilité du ravageur, de la maladie cryptogamique ou virale, au-delà duquel le résultat économique est touché. Ce n'est donc que lorsque ce seuil de nuisibilité, ou seuil de tolérance, est atteint, que la lutte chimique est déclenchée contre le ravageur, la maladie cryptogamique ou le virus en question. 

Cette vision est donc plus souple que la précédente puisqu'elle n'exclut pas totalement les pesticides du système agricole et autorise également l'apport d'engrais minéraux, dont on sait aujourd'hui qu'ils sont en partie responsables de la pollution des eaux par les nitrates.

Les objectifs de l'agro-écologie sont multiples :  

  • Optimiser la productivité des systèmes de production en ayant le moins recours à la lutte chimique.
  • Assurer la perénité des exploitations agricoles en assurant à l'agriculteur un chiffre d'affaire stable lui permettant de vivre de son activité.
  • Renforcer la capacité des exploitations agricoles à s’adapter aux changements de contexte (changement climatique, volatilité du marché des matières premières, réforme de la PAC, dépendance vis-à-vis des produits phytopharmaceutiques et des ressources fossiles, etc.).
  • Rendre les exploitations agricoles plus respectueuses de l'environnement.

Dans le cadre de la réforme de la PAC de janvier 2014, un rapport sur le projet agroécologique a été rédigé par Marion Guillou, ancienne directrice générale de l'INRA et aujourd'hui directrice d'Agreenium, et remis au ministre de l'agriculture Stéphane le Foll afin d'être mis en application dans les exploitations agricoles françaises.

A l'égard de ce projet, l'établissement agricole de Toulouse-Auzeville est impliqué depuis plusieurs années, en partenariat avec les acteurs du monde agricole (Coopératives, agriculteurs) et de la recherche scientifique agronomique (INRA, CETIOM, Arvalis...). L'objectif commun est le perfectionnement de ce mode de production agricole. Dans le but de l'atteindre, il s'avère que l'acquisition de références techniques de qualité est essentielle. C'est pour cela que depuis plusieurs années déjà, la mise en place d'une plateforme d'expérimentation sur le site de l'expoitation du lycée a été orchestrée afin de répondre aux attentes toujours croissantes des professionnels du milieu agricole.

Ces essais sont chaque année gérés par les étudiants de 2e année du BTSA Agronomie - Productions végétales.

 

 

Pour aller plus loin :

Schaller Noémie. L’agroécologie : des définitions variées, des principes communs. Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt / Secrétariat Général / Service de la statistique et de la prospective / Centre d’études et de prospective, Juillet 2013. (Analyse n° 59). URL : http://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/analyse_cep_59_agroecologie_definitions_variees_principes_communs_cle051634.pdf

 

Vidéo conférence sur l'agroécologie. Marc Dufumier, ingénieur agronome et enseignant à l'école d'agronomie AgroParisTech, expert international en agroécologie.

De Schutter O., 2011. Agroécologie et droit à l’alimentation. Rapport présenté à la 16ème session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, 23p. Texte intégral sur le site de l'Université de Louvain.

INRA. Lexique de l'agronomie : http://mots-agronomie.inra.fr/mots-agronomie.fr/index.php/Agro%C3%A9cologie

Date de dernière mise à jour : 26/01/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×